C.S.E. Centre d’imagerie médicale, vous propose de réaliser votre scanner à Paris 10e

Le scanner permet aux radiologues de poser un diagnostic précis de nombreuses affections de la plupart des organes. Le lit d’examen est positionné au centre d’un anneau large qui contient le système à rayons X et  qui permet de générer des images dans tous les plans de l’espace, de l’organe examiné.

Technologie de pointe pour l’exploration du corps humain en 3D

Le scanner permet une navigation virtuelle à l’intérieur des organes ciblés. Selon les zones examinées, le radiologue est parfois amené à réaliser une injection intraveineuse de produit de contraste iodé, opaque aux rayons X, afin d’identifier les vaisseaux ainsi que l’absorption du produit par les tissus examinés.

Grâce à l’extraordinaire efficacité de cette technologie médicale, le CSE est en mesure de réaliser des investigations rapides, précises et performantes, voire en urgence lorsque votre médecin le souhaite.

Nous sommes en mesure d’intervenir dans les domaines suivants :

Angioscanner

Qu’est-ce qu’un angioscanner ?

L’angioscanner est un examen uniquement dédié à l’étude des vaisseaux. L’angiographie par tomodensitométrie recherche les lésions vasculaires et/ou fournit une cartographie des vaisseaux en vue de la planification d’un traitement. L’angioscanner est un examen minimalement invasif puisqu’il ne nécessite qu’une ponction veineuse et l’injection de produit de contraste iodé. Cet examen utilise les rayions X . Le but ultime de l’angioCT est de fournir des informations équivalentes à celles d’une angiographie traditionnelle. Soulignons que si cette dernière est un examen invasif, un geste thérapeutique comme la pose d’un stent ou la dilatation d’une sténose peut être effectué durant une angiographie.

L’étude des artères coronaires par tomodensitométrie est un cas particulier discuté plus en détails sur la page suivante: coronaro CT

Technique

L’angioscanner doit satisfaire les critères suivants:

  1. une synchronisation entre le passage du produit de contraste dans l’artère étudiée et l’acquisition des images pour que le vaisseau soit bien démontrée.
  2. une résolution spatiale élevée (approchant celle de l’angiographie) pour que les vaisseaux de petites tailles soient bien visibles (repères anatomiques pour le chirurgien) ou que toutes les lésions d’importances cliniques soient détectées.
  3. une couverture anatomique du système vasculaire étudié suffisante
  4. un temps d’examen suffisamment court de manière à minimiser les artéfacts de mouvement ou dont la durée est inférieure à la durée d’une inspiration suspendue.

Le scanner permet l’acquisition de coupes « fines, jointives » de l’organe étudié. Toutes ces données sont utilisées pour former un volume. Des programmes informatiques fournis par les constructeurs des scanners permettent de visualiser les organes dans n’importe quel plan de l’espace. La méthode MIP (Maximum intensity projection) appliqué à l’étude d’une artère fourni des images d’une qualité camparables à celles d’une artériographie.

Arthro-scanner

Qu’est-ce qu’un arthro-scanner ?

Le but de l’arthro-scanner est de rechercher des pathologies articulaires en combinant les avantages respectifs de l’arthrographie et du scanner. Cet examen consiste à injecter un liquide de contraste iodé, à l’intérieur d’une articulation, puis d’étudier le contenu de l’articulation, grâce au scanner.

Coloscanner ou coloscopie virtuelle

Qu’est-ce que le coloscanner ou colposcopie virtuelle ?

La coloscopie virtuelle utilise la technique du scanner pour étudier le gros intestin ou côlon.
Cette technique exige une préparation soigneuse du côlon afin d’éliminer des résidus fécaux que l’on pourrait éventuellement confondre avec des polypes. La préparation est tout à fait similaire à celle d’une coloscopie optique. Cet examen nécessite une distension du côlon et, dans ce but, de l’air ou du co2 seront insufflés par une sonde rectale au début de l’examen. Sans cette dilatation des anses coliques, de faux épaississements de la paroi intestinale peuvent apparaître et conduire à des diagnostics erronés de cancer et ainsi des polypes peuvent passer inaperçus ou à l’inverse, des plis du côlon ou haustrations, peuvent simuler la présence de polypes.

Cet examen ne requiert ni anesthésie, ni injection intra-veineuse de produit de contraste, et plusieurs études ont montré que cette technique était souvent mieux supportée qu’une coloscopie optique.
Les complications sont rarissimes et se résolvent en principe avec un traitement conservateur.
Les principales indications de la coloscopie virtuelle sont représentées par la recherche de polypes ou de petites tumeurs.

Dentascanner

Qu’est-ce qu’un scanner dentaire ?

Le scanner dentaire prescrit par votre chirurgien-dentiste est un examen qui a pour but de vérifier la position de certaines dents, comme les dents de sagesses ou d’analyser l’intégrité de la mâchoire avant la pose d’implants.

Scanner abdomino-pelvien

Qu’est-ce qu’un scanner abdomino-pelvien ?

Cet examen permet de faire des images en coupe de l’ensemble des organes de l’abdomen.
Le scanner utilise des rayons X. En matière d’irradiation des patients, rien n’a pu être démontré dans ce domaine compte tenu des faibles doses utilisées et des précautions prises pour limiter au strict minimum la zone examinée. Toutefois, des précautions concernant les femmes enceintes doivent être prises systématiquement. C’est pourquoi il est important de signaler si vous pouvez être dans ce cas.

Le scanner abdominal permet d’explorer le foie, la rate, le pancréas, les voies biliaires, les reins, l’intestin et le côlon, le péritoine, les ganglions, les vaisseaux abdominaux, et la paroi musculaire ainsi que les vertèbres en arrière. L’extension de l’examen au bassin (scanner pelvien) permet d’explorer les organes génitaux, la vessie et chez l’homme la prostate.

Scanner cérébral

Qu’est-ce qu’un scanner cérébral ?

Le scanner du crâne utilise une technique d’imagerie facilement accessible, rapide (temps d’acquisition des images de l’ordre de 30 secondes par série), avec un pouvoir de résolution élevé permettant d’obtenir des reconstructions du crâne dans les trois plans de l’espace.

Cette technique est actuellement est utilisée dans un contexte de traumatologie (recherche d’hématome sous-sural ou extra-dural), d’hémorragie intra-crânienne, ou dans les cas encore trop fréquents, où l’IRM reste indisponible, dans le bilan de lésions infectieuses ou tumorales.

Scanner lombaire

Qu’est-ce qu’un scanner lombaire ?

C’est un examen en coupes, de la colonne vertébrale, centré sur la région lombaire (parfois des régions cervicale, dorsale ou sacrée), qui ne nécessite ni préparation, ni injection de produit de contraste et qui constitue une excellente modalité pour analyser un conflit radiculaire. Cette technique utilise des rayons X, mais des protocoles «low dose» ont été mis au point, afin de réduire au minimum, l’inconvénient de l’irradiation.

Le scanner lombaire peut être utilisé en première intention, lorsque l’IRM n’est pas disponible.